Prendre rendez-vous en ligneDoctolib
Relachement cutané des bras

Relâchement cutané des bras : comment retrouver un galbe harmonieux ?

09 janvier 2022 Écrit par le Dr Vincent Hunsinger, chirurgien esthétique

Avec l’âge, le relâchement cutané tend à être de plus en plus prégnant pour de nombreuses personnes. S’il est plus ou moins perceptible en fonction des membres touchés, il peut se révéler particulièrement handicapant dans la vie quotidienne. Le relâchement cutané des bras est notamment une source de complexes pour bon nombre de femmes aux beaux jours venus pour s’habiller ou aller à la plage. La chirurgie et la médecine esthétique permettent heureusement de redynamiser la face interne des bras pour une redéfinition harmonieuse du galbe. Liposuccion, cryolipolyse, lifting des bras, laser, radiofréquence… découvrez toutes les solutions pour mettre fin au relâchement cutané des bras. 

 

Comment expliquer le relâchement cutané des bras ?

Phénomène naturel, le relâchement cutané apparaît progressivement au fil des années, la peau se distendant avec le temps dans plusieurs zones corporelles dont notamment le visage, le cou, les cuisses et donc les bras. Ce relâchement s’explique avant tout par la distension du tissu conjonctif situé entre d’une part les organes et les vaisseaux sanguins et d’autre part les tissus cutanés. Ce tissu conjonctif tend à s’affiner et se rétrécir provoquant ainsi la réduction des fibres élastiques ainsi qu’une diminution de la production de collagène, responsable d’un affaissement cutané donnant un aspect flasque à la peau.

Un tel mécanisme peut être aggravé par différents facteurs tels que des variations de poids successives, l’exposition au soleil ou encore le tabagisme. Au bout d’un certain temps, la peau présente un aspect flasque et relâché et peut dans les cas les plus marqués présenter des plis jugés inesthétiques. Des excédents graisseux localisés dans les bras peuvent encore accentuer cet effet flétri et se révéler très difficiles à éliminer malgré un régime. Si une activité physique régulière pourra permettre, dans certains cas, de leur redonner du tonus, dans d’autres, la seule solution restera le recours à la chirurgie ou la médecine esthétique pour éliminer les excédents cutanéo-graisseux et redraper la peau.

relâchement cutané des bras

 

Des comportements quotidiens pour ralentir le processus

Certaines préconisations d’usage permettent de ralentir le vieillissement cutané dans la plupart des cas. Parmi elles, on peut penser notamment à :

  • Une pratique régulière de l’activité physique pour tonifier les muscles et éviter l’aspect flétri.
  • Une alimentation saine et équilibrée pour maintenir un poids corporel stable.
  • L’exposition solaire modérée ou a minima à l’utilisation de protections solaires adaptées.
  • L’arrêt de la consommation de tabac.
  • Une hydratation quotidienne de la peau avec une crème adaptée pour contrer les agressions extérieures

 

La médecine esthétique pour combattre le relâchement cutané des bras.

Au-delà de ces comportements quotidiens, la médecine esthétique permet également de lutter contre le relâchement cutané des bras. Différentes solutions existent ainsi pour atténuer les signes du temps sur les membres supérieurs. 

La radiofréquence

La radiofréquence redonne plus de tonicité aux bras en restructurant les fibres de collagène et d’élastine existants pour les rendre plus denses et plus fermes permettant ainsi de retendre la peau. Elle stimule également la production de nouvelles fibres d’élastine et de collagène pour rajeunir visiblement la peau. Elle permet enfin de diminuer la teneur en graisse en rendant les adipocytes plus perméables par un procédé thermique. C’est le phénomène de lipolyse (dégradation des lipides) qui atténue grandement l’effet peau d’orange.

Les ultrasons focalisés haute intensité

Il s’agit d’un traitement non-invasif utilisant l’énergie ultrasonique sous l’épiderme de la face interne des bras. Ils permettent d’émettre une onde acoustique sous les tissus qui cible précisément une zone à traiter. Des émissions de chaleur (jusqu’à 65°) d’une infime fraction de seconde à différentes profondeurs permettent aux fibroblastes de produire davantage de collagène et d’élastine pour une peau plus ferme et plus tonique. Les ultrasons focalisés interviennent également sur les cellules graisseuses profondes de l’hypoderme qui seront progressivement détruites par l’organisme. Il s’agit d’une méthode efficace, bien maîtrisée avec très peu de suites opératoires et qui permet des résultats visibles dès la fin de l’intervention.

 

Le micro-needling

Le micro-needling à l’instar de la mésothérapie consiste à réaliser des micro-perforations à l’aide d’un stylo électrique pour créer de nouveaux fibroblastes puis à appliquer un sérum enrichi en vitamines et en acide hyaluronique.

 

Les injections d’inducteur de collagène

Les inducteurs tissulaires fonctionnent par injection d’acide poly-L-lactique (PLLA) qui va permettre une reconstitution du collagène et la production de nouvelles fibres avec pour incidence la création d’un maillage sous la peau. Celle-ci est alors naturellement et discrètement tonifiée. Le resserrement des pores cutanés améliore le grain de peau et lui permet de regagner en volume pour faire disparaître les irrégularités. Les produits d’injection les plus connus sont notamment Sculptra® ou Radiesse®.

Ils permettent un effet immédiat (2 séances seront néanmoins nécessaires) qui sera toutefois temporaire (jusqu’à 2 ans). Des injections d’acide hyaluronique permettent par ailleurs d’améliorer la densité de la peau et de retrouver un effet tenseur avec un résultat toutefois moins naturel que les inducteurs de collagène qui eux reconstituent en profondeur les volumes passés.

Si toutes ces techniques peuvent se révéler efficaces pour traiter un relâchement des bras, elles ne concerneront en revanche que les profils avec un relâchement modéré. Dans les cas d’une perte de galbe prononcée, seule la chirurgie esthétique permettra des résultats notables et durables dans le temps.

 

La chirurgie esthétique pour un résultat permanent

La brachioplastie est l’intervention la plus à même de produire un résultat définitif et permanent contre le relâchement cutané des bras. Cette opération, bien que courante et maîtrisée, n’est toutefois pas anodine et doit être réfléchie.

 

Brachioplastie ou lifting des bras

 

A qui s’adresse la chirurgie esthétique pour les bras ?

Toute personne se sentant mal à l’aise avec l’aspect distendu de ses bras peut recourir à la chirurgie esthétique des bras. Le relâchement des bras visible au niveau des triceps touche les hommes comme les femmes même si ces dernières vivent en général particulièrement mal cet “effet chauve-souris” (inconfort à porter des manches courtes, un débardeur ou un maillot de bain). 

Lorsqu’un rééquilibrage alimentaire ou des exercices de tonification musculaire ne suffisent pas à faire disparaître l’aspect flétri des bras, le lifting des bras (ou brachioplastie) se révèle être la meilleure solution pour retrouver confiance en soi. Il permet en effet de regalber les bras et de remettre en tension les tissus cutanés de façon discrète avec un minimum de cicatrices camouflées à l’intérieur ou sous le bras.

 

Le lifting sans cicatrice par technique Rénuvion J-Plasma

Le laser de type Rénuvion, positionné sur les zones relâchées du bras va permettre une remise en tension cutanée par l’application de contractions musculaires successives. Ces pressions sont réalisées de façon non-invasive avec un pistolet canule qui produit des radiations électromagnétiques ciblées dont la conduction est assurée par la diffusion d’hélium. Le système Rénuvion utilise la radio-fréquence pour produire des faisceaux de plasma à partir d’un gaz d’hélium. Ce mécanisme entraînera, grâce à un effet thermique, une contraction des tissus traités et donc un raffermissement de la peau.

L’utilisation de cette technique suppose néanmoins un relâchement très modéré. Elle ne fonctionne pas, de plus, dans les cas d’un amaigrissement massif.

Le lifting sans cicatrice avec Renuvion ne peut se faire qu’au bloc opératoire sous anesthésie générale. Il peut être couplé à la liposuccion pour encore plus d’efficacité.

 

Le lifting des bras avec cicatrice longitudinale

Il s’agit de l’intervention chirurgicale la plus efficace et qui produit les résultats les plus durables pour une remise en tension permanente des bras.

L’intervention de brachioplastie est le plus souvent réalisée sous anesthésie générale même si une anesthésie locale peut parfois être pratiquée selon les conditions définies entre le chirurgien et le patient. Si l’intervention est plutôt rapide et sans risques (30 à 40 minutes pour la liposuccion et 1h à 1h30 pour un lifting complet), elle nécessite néanmoins régulièrement une hospitalisation de 2 jours. Une intervention en ambulatoire peut également être envisagée (avec sortie le soir-même). La durée d’hospitalisation dépendra principalement de la lourdeur de l’intervention. Une simple liposuccion sera généralement effectuée en ambulatoire là où sa conjugaison avec un lifting des bras nécessitera une hospitalisation jusqu’au lendemain.

La brachioplastie est une intervention se déroulant en 2 étapes : 

  • L’extraction des amas graisseux par liposuccion
  • La résection des excédents cutanés sur la face interne du bras

Cette seconde étape n’est pas systématique si la peau du patient dispose d’une capacité de rétraction encore préservée. 

 

La liposuccion des bras

En pratique, la brachioplastie commencera par de fines incisions de 3 à 4 mms sur la face interne ou sous les bras afin de procéder à une lipoaspirationréalisée à l’aide de fines canules à bouts arrondis perforées de plusieurs orifices à leurs extrémités. Une solution vasoconstrictrice et anesthésique est appliquée au préalable pour prévenir les saignements et les équimoses. L’aspiration est alors effectuée de manière lente et homogène afin d’éviter les irrégularités ou les plis grâce à un circuit fermé à pression négative. Elle devra notamment suivre les courbes des muscles des bras (biceps, triceps).

Le chirurgien évaluera la quantité de graisse à aspirer en fonction notamment de la qualité de la peau. A l’endroit de la graisse extraite se créera alors une néo-synthèse entre les différentes fibres élastiques et le tissu conjonctif qui permettra d’améliorer sensiblement la qualité et l’élasticité de la peau. 

 

Le lifting des bras

Si nécessaire et si la rétraction de peau apparaît comme impossible du fait d’un relâchement trop prononcé, le chirurgien procédera à un lifting des bras grâce une résection des tissus cutanés excédentaires. Une cicatrice verticale sur la face interne des bras sera réalisée. La brachioplastie permettra alors une remise en tension de la peau et un raffermissement des tissus. Les bras seront alors à nouveau galbés avec une forme plus harmonieuse et homogène.

Lifting des bras

Les suites opératoires du lifting des bras avec cicatrice

Comme pour la plupart des interventions de chirurgie esthétique, l’opération de lifting des bras pourra provoquera l’apparition de bleus et d’ecchymoses qui s’estomperont progressivement pour disparaître généralement au bout de 2 semaines. Des troubles de la sensibilité sont parfois évoqués les premières semaines. Des séances de drainage et de kinésithérapie permettront de limiter ces effets. Quelques douleurs s’apparentant à des courbatures pourront également être ressenties et provoqueront un inconfort dans les 24 premières heures. Elles pourront être calmées par la prise d’antalgiques. Une fatigue prononcée pourra également être ressentie pendant cette période. 

Dans les premiers jours voire les premières semaines suivant l’intervention, le patient devra limiter tout effort excessif et notamment le sport ou le port de charges pour bien consolider la cicatrisation. Les activités quotidiennes les plus élémentaires peuvent en revanche être rapidement reprises, la brachioplastie ne nécessitant pas non plus d’éloignement professionnel prolongé. 

 

Cicatrisation et résultats

A la suite de l’opération, un vêtement compressif (manchettes) devra être porté sur les bras pendant 3 à 4 semaines afin de faciliter la contention des zones traitées, de résorber l’œdème et de faciliter la rétraction cutanée. L’oedème, inhérent à toute opération de chirurgie esthétique, prend généralement plus de temps à disparaître dans le cadre d’une brachioplastie que pour une autre zone traitée par lipoaspiration. Il pourra ainsi perdurer pendant plusieurs semaines pour commencer à s’estomper entre 4 et 6 semaines pour disparaître définitivement de 3 à 6 mois suivant les patients. Ce n’est alors qu’à partir de ce délai que les résultats seront définitifs même si les premiers effets seront déjà perceptibles dès la troisième semaine.

La cicatrisation, quant à elle, devra faire l’objet d’un suivi régulier par le chirurgien dans les semaines et les mois suivant l’intervention. La cicatrice sera ainsi visible sur la face interne du bras pendant une période assez longue suivant l’opération (8 à 12 mois) et finira par blanchir progressivement pour être de moins en moins apparente.

En cas d’imperfections (asymétrie, irrégularités, insuffisance de la correction liée aux variations pondérales), des retouches seront possibles en ambulatoire en respectant un délai de 6 mois après l’intervention.

 

PRENDRE RENDEZ-VOUS

Si vous envisagez une intervention, vous pouvez prendre rendez-vous en quelques clics : nos chirurgiens pourront ainsi répondre à toutes vos questions et vous orienter vers une solution adaptée et réellement personnalisée.

PRENDRE RDV